Variété fruitière suisse de l’année

Depuis 2008, FRUCTUS élit chaque année variété fruitière suisse de l’année une variété fruitière ancienne qui se distingue par des caractéristiques particulières ou une importance culturelle. FRUCTUS raconte leurs histoires respectives et rend un peu de notoriété à des variétés presque oubliées.


2022: Niederhelfenschwiler Beeriapfel

FRUCTUS est heureuse d’élire variété fruitière suisse de l’année une ancienne variété de pomme en la pomme Beeriapfel de Niederhelfenschwil dont la place dans les vergers est désormais assurée grâce à des initiatives locales et l’engagement de nombreuses personnes. 

La pomme Beeriapfel de Niederhelfenschwil représente à ce titre les nombreuses variétés fruitières locales qui ne se sont jamais répandues au-delà de leur région d’origine, malgré d’excellentes qualité.Beaucoup ont disparu depuis longtemps et il n’existait naguère plus que de rares exemplaires de pommier Beeriapfel de Niederhelfenschwil soignés çà et là par des agriculteurs engagés. Mais grâce à plusieurs initiatives, cette variété de pommier est en train de reconquérir les vergers.

>> en savoir plus

>> vers le portrait de la variété Niederhelfenschwiler Beeriapfel

2021: Pomme d’Uster

Il y a cent ans, presque tous les vergers abritaient un à deux arbres de pommes douces. Ce sont des variétés à la fois très riches en sucres et pauvres en acides. Ces véritables bombes à sucres parmi les pommes se transforment en accompagnement sucré, fruits secs et succédané de sucre sous forme de vin cuit.

Les petites pommes jaune blanc à jaune citron de silhouette conique étroite impossible à confondre n’atteignent que 5.5 à 7 cm de hauteur. Les fruits sont souvent de forme irrégulière et se halent à maturité d’un joli rouge côté soleil. Ils mûrissent en septembre et se conservent quelques semaines.

L’arôme des pommes d’Uster mûres est intensément fruité et caractérisé par une touche de vanille. Ce parfum typique se grave à jamais dans la mémoire culinaire de ceux qui ont mangé des pommes d’Uster pendant leur enfance.

>> en savoir plus

>> vers le portrait de la variété Usterapfel

2020 : La poire à rissoler suisse

Pour la première fois, FRUCTUS nomme variété de l’année une variété de poire utilisée presque exclusivement en cuisine.

La Poire à rissoler suisse toute petite et d’apparence banale connue aussi comme « Chugelibirne », « Imbeli » ou « Klausbirne » n’a pas l’air d’avoir beaucoup de valeur au premier abord. À l’automne, lorsque la plupart des autres variétés fruitières sont cueillies depuis longtemps, elle reste accrochée à l’arbre et ne se prête ni au pressurage, ni à la consommation fraîche. C’est seulement dans le courant de l’hiver, quand la couleur de fond verte se met à virer au jaune, qu’on peut songer à la croquer. Ces qualités se révèlent pleinement lorsqu’on la cuisine. Rissolée, cuite au four ou étuvée elle développe un arôme intense qui en fait une délicatesse.

Il ne reste plus qu’une poignée d’arbres de cette variété en Suisse. En plantant dix jeunes arbres, FRUCTUS a ramené la Poire à rissoler suisse dans sa région d’origine supposée, à savoir la rive droite du lac de Zurich.

2019 : Châtaigne Lüina

En 2019, FRUCTUS et l’Associazione dei castanicoltori della Svizzera italiana ont mis sur le devant de la scène la première variété de châtaignier.

La variété Lüina a joué un rôle important dans la castanéiculture de la Suisse méridionale pendant plusieurs siècles. Lüina était l’une des variétés favorites, notamment dans les régions centrales et septentrionales de la Suisse méridionale. Si les fruits sont assez petits, ils sont d’excellente qualité. Ils sont parfumés et sucrés et se pèlent facilement une fois séchés. À l’état frais, ils conviennent parfaitement à la cuisson au gril. Séchés, ils se transforment d’une infinité de manières.

Le châtaignier Lüina n’est pas très exigeant quant au sol et prospère entre 300 et 1000 mètres d’altitude. Bien soignés et pour autant qu’ils ne soient pas en concurrence avec d’autres essences forestières, les arbres s’épanouissent et deviennent des châtaigniers majestueux même dans des sols maigres et en forte pente. Outre des récoltes de fruits régulières, ils fournissaient à leurs propriétaires du bois pour construire leurs maisons et allumer le feu.

2018 : La Quetsche de Bâle

La Quetsche de Bâle est mentionnée pour la première fois dans un contexte pomologique au 17e siècle et a évolué en Europe centrale vers un grand groupe de variétés comptant d’innombrables types. Il est quasiment impossible de distinguer génétiquement les types de Quetsche de Bâle connues en Suisse avec les méthodes actuelles. Cela s’explique par la grande autofertilité et la stabilité génétique de la Quetsche de Bâle dont les descendants présentent des caractéristiques similaires à celles de l’arbre mère. Grâce à cela on pouvait élever des jeunes arbres sur les exploitations agricoles, ce qui a fait émerger une multitude de variétés fermières parfaitement adaptées au site qui présentent toutefois de petites différences de calibre, de couleur, de chair ou de goût. Au fil du temps de nombreuses variétés « nouvelles » furent baptisées Belle de Bibern, Prune Eyholzer ou Quetsche sucrée bleue, etc. Mais toutes appartiennent au groupe de variétés des Quetsches de Bâle.

L’élection de la variété fruitière de l’année a eu lieu main dans la main avec l’organisation POSAMENTER.

2017 : Le Coing

En un quart de siècle, le fruit doré quelque peu caractériel avec son parfum enivrant a disparu de la plupart des vergers de plein vent de Suisse. C’est pourquoi nous avons porté au pinacle pour une fois non pas une variété fruitière mais carrément toute une espèce.

Si l’utilisation du nom de la variété va de soi pour d’autres espèces fruitières, les coings de n’importe quelle variété sont simplement appelés « coing » par la population. Aussi, les anciennes pomologies ne mentionnent-elles que des coings-poires ou coings-pommes d’après la forme du fruit.

Les coings ne se conservent que quelques semaines. Aussi, la brièveté de la saison et la disparition des arbres ont-elles manqué de faire oublier cette spécialité fruitière. FRUCTUS veut que le cognassier continue de faire partie de la diversité, de l’arboriculture traditionnelle et du patrimoine culturel.
FRUCTUS élit donc le cognassier espèce fruitière de l’année au lieu de porter son choix sur une variété fruitière.

FRUCTUS élit donc le cognassier espèce fruitière de l’année au lieu de porter son choix sur une variété fruitière.

2016 : Schauenburger

Les arboriculteurs apprécient ses rendements réguliers, sa tolérance à la pluie et son aptitude à rester accrochée à l’arbre plusieurs jours une fois à maturité de cueillette optimale. Sa bonne aptitude à l’entreposage et au transport étaient très favorables à la commercialisation et grâce à sa maturité tardive, elle s’intégrait parfaitement dans l’offre du marché de la cerise en Europe.
Cette cerise purement de table n’a jamais correspondu aux besoins de la transformation industrielle. Les ventes se sont donc effondrées et des milliers d’arbres de Schauenburger ont aujourd’hui disparu.
Schauenburger reste une variété rustique et conserve son importance en pré-verger extensif. Ses arbres imposants enrichissent le paysage.

2015 : Wehntaler hagapfel ( Pomme de haie du Wehntal )

Découverte dans un pressoir : Depuis son entrée dans les vergers de plein vent, plus rien ne s’oppose à cette variété de pomme de pressoir du Wehntal ZH extraordinairement rustique et pourvue d’excellentes caractéristiques fruitières.

La pomme de haie du Wehntal reste saine en année de forte pression de tavelure, malgré un plan de traitement minimal. Elle est aussi tolérante à Marssonina. Depuis 2013, cette maladie fongique cause en effet des dégâts importants dans les pommeraies de plein vent extensives.

>> vers le portrait de la variété Wenthaler Hagapfel

2014 : Alant

Sauvetage in extremis : À peine FRUCTUS avait-elle sauvegardé la variété que le dernier pommier de cette variété tolérante au feu bactérien de Gondiswil BE fut terrassé par une tempête.

>> vers le portrait de la variété Alant

2013 : Prune de Chézard

Une variété de prunier Suisse supportant l’altitude : Cette variété rustique est cultivée, consommée et mise en valeur dans la région de Chézard NE depuis plus de cent ans.

2012 : la noix rouge « Gubler »

Un cerneau rouge dans une coquille dure : Le semis de hasard né d’une génitrice à cerneau rouge et d’un géniteur à cerneau blanc a lancé la production de variétés de noyer inventoriées et sélectionnées en Suisse par FRUCTUS.

2011 : Culotte suisse

Une beauté panachée : Cette variété de Waldkirch SG née d’un caprice de la nature il y a plus de quatre siècles est la « pièce de design » indémodable et convoitée parmi les variétés fruitières anciennes.

2010 : Belle d’Einigen

Das schwarze Gold von Wimmis: Aus Einigen BE stammen die fein gewürzte und bedrohte „Plüderkirsche“, der ideale Rohstoff für das traditionell hergestellte Chirschmues.

2009 : Sept-en-gueule

Pour une fois, la plus petite et la plus grande : La naine parmi les poires à couteau pousse sur un arbre géant à Orges VD, a un arôme exquis et convient à la fabrication de friandises.

2008 : Pomme Schneider

Une fondation solide pour de nombreuses variétés de pommier : La variétés est utilisée dans le canton du Zurich pour former le tronc et la charpente sur lesquels on greffera les variétés définitives. Les fruits de la pomme Schneider donnent aussi un excellent moût.

>> vers le portrait de la variété Schneiderapfel