Cerises

Au début du 20e siècle, la Suisse comptait des variétés de cerisiers en abondance. Ces variétés ont en bonne partie été recensées lors les inventaires réalisés dans les années 1990.

Mais la détermination des variétés de cerisier a posé d’énormes difficultés aux spécialistes, car dans de nombreux cas il est impossible d’attribuer un fruit clairement à une variété sur la base de sa seule apparence. Pour cette raison, les variétés inventoriées on fait l’objet d’analyses de génétique moléculaire. Il est alors apparu qu’un certain nombre de doublons se cachaient parmi les neuf cents cultivars supposément différents.
La diversité des cerisiers se compose donc désormais de cerises douces ou acides appartenant à quelque quatre cents variétés.

De grandes différences ont été constatées entre assortiments variétaux locaux qui étaient souvent liés étroitement à des traditions locales. Nous pensons à Wimmis BE, où la tradition de la confection collective d’un excellent concentré de jus de cerise se perpétue à nouveau depuis 1982. La variété locale « Belle d’Einigen », une petite cerisette noire qui convient parfaitement à la confection de mélasse de cerises mais est terriblement longue à cueillir » (tiré de l’album du Jubilé « 1000 ans de Wimmis ») joue un rôle particulier dans l’obtention de cette délicatesse. C’est pourquoi elle a été élue variété fruitière de l’année 2010 par FRUCTUS.

Nous vous invitons à vous adresser au service conseil de FRUCTUS pour toutes vos questions sur les variétés de cerisier anciennes.